Le masque en tissu est-il efficace?

Depuis que le gouvernement a rendu obligatoire le port de masques de protection respiratoire dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, la population est confrontée à l’urgence de se procurer des masques. Cette fois, les consommateurs ont constaté qu’il existe plusieurs types de masques disponibles sur le marché. Bien que les masques les plus courants restent des masques chirurgicaux jetables, le fait que les masques en tissu deviennent de plus en plus populaires existe toujours. Les gens veulent souvent connaître ce masque en tissu. La première question concerne l’efficacité de ce masque. 

Le masque en tissu a causé un effet a priori négatif 

Comme certains masques en tissu sont plus ou moins translucides, les gens voudront peut-être savoir que ces masques sont vraiment résistants au coronavirus. D’autant plus qu’une analyse un peu minutieuse montre que l’écart entre les mailles du tissu varie généralement entre 5 microns et 200 microns. Sachant que des virus tels que le SRAS-Cov-2 et le Covid-19 ne mesurent que 1 micron, les gens peuvent délibérément soupçonner si les masques en tissu peuvent vraiment résister à ces virus. Par conséquent, on estime que le virus pourra traverser les mailles du tissu du masque. Avec un certain humour, les critiques qui s’opposent au masque en tissu l’assimilant à un écran qui peut prétendre arrêter les moustiques ! En fait, cette analogie a des limites. Les masques en tissu sont très efficaces pour prévenir le coronavirus. 

Les masques en tissu sont des filtres à mailles hermétiques

 Afin de mieux apprécier l’efficacité des masques en tissu, il est à noter que le virus se dépose principalement en gouttelettes. Ces gouttelettes sont projetées de la bouche lors de la parole. Lorsque vous éternuez, ils seront toujours jetés par votre nez. Quand quelqu’un parle ou éternue, nous inhalons ces gouttelettes.

Cependant, le plus petit volume de ces gouttelettes est plus grand que celui du coronavirus car leur volume est de 5 microns. Par conséquent, lorsque l’écart entre les mailles est également de 5 microns, la maille du tissu du masque est suffisamment serrée pour intercepter ces gouttelettes. Mais que se passe-t-il lorsque l’écart entre les grilles dépasse 5 microns ? 

Le masque en tissu est un filtre colmatant, ce qui est plus efficace car il peut capter les particules ralentissant 

De plus, la maille du tissu est pourvue d’innombrables filaments pour combler les trous du tunnel. Ces filaments sont des obstacles insurmontables que les Microdrops ne peuvent surmonter. De plus, les gouttelettes et autres particules en mouvement dans l’air subissent une certaine inertie, qui tend à entraver la dynamique de leur mouvement. Cette inertie est due à l’influence de la force opposée au mouvement de ces particules. Les physiciens qui étudient ce genre de phénomène microscopique de mouvement l’appellent un phénomène de subsidence. Le mouvement des particules est généralement aléatoire, voire complètement chaotique. Les particules entrent rapidement en contact avec les fibres du masque en tissu, c’est ce qu’on appelle la diffusion. 

La recherche confirme l’effet filtrant des masques en tissu 

Les scientifiques n’ont pas attendu la crise du Covid-19 pour mener une série d’études sur les masques de protection respiratoire. Des études connexes ont été menées sur des masques en tissu vers les années 1960 et 1970. Dans ces études, les grosses particules et les particules fines ont été distinguées. Les grosses particules sont appelées gouttelettes et les particules fines sont appelées aérosols. 

Deux masques ont servi de support à ces expériences. Le premier masque en tissu se compose de 4 couches de tissu en coton. Le deuxième masque en tissu est constitué de deux couches de flanelle comprimées entre deux couches de coton. La capacité de filtrage de ces deux masques est respectivement de 99% des grosses particules et 89% des particules fines. Les conditions expérimentales sont que deux personnes portent ces masques lors de conversations de routine. 

Les masques en tissu maintiennent la pureté de l’air ambiant 

L’avantage de ces résultats est que les masques en tissu peuvent bloquer les projections respiratoires suffisamment en amont pour éviter qu’elles ne se propagent dans l’air ambiant. Par conséquent, des particules de toute taille sont piégées dans le tissu du masque et ne resteront pas dans l’environnement. Dans cet environnement, ces particules ne retomberont pas à la surface. Par conséquent, l’ensemble de l’environnement, comme le conteneur et le contenu, ne sera en aucun cas pollué. 

Les masques en tissu sont des filtres multicouches 

Des études ont montré que l’empilement de plusieurs couches de tissu pour fabriquer un masque peut augmenter l’efficacité du masque .En effet les masques en tissu composés de 2, 3 ou 4 couches de tissu peuvent offrir un niveau de protection plus élevé. Ainsi il est possible de superposer des tissus de même nature ou des tissus de propriétés différentes. Il n’est pas recommandé de dépasser 4 couches, car une épaisseur de tissu trop importante limitera la perméabilité à l’air. 

D’autant plus les tissus utilisés pour fabriquer des masques ont généralement plusieurs épaisseurs. Ces multiples épaisseurs se détachent comme une série d’obstacles cumulatifs devant les particules. Ceux-ci ne peuvent plus avancer à travers le masque en tissu. C’est pourquoi ils ne pourront pas toucher le visage du porteur du masque. Par conséquent, les particules sont bloquées par le masque en tissu. Par conséquent, les masques en tissu peuvent prévenir efficacement le coronavirus.

 

Découvrez nos Masques
Une démarche RSE
Legal

Mentions Légales

Plan du site

CGV

 

Note(s)